24 Jan 2020 966
Fernanda Meneguetti Devorável
#carnaval #conseils #evenements

Fêtez le carnaval à Rio en 2020 !

Apprenez avec les cariocas (habitants de Rio) à jouir du jour férié le plus célèbre de la ville

Une bonne partie de l'année, les brésiliens ne veulent que fuir le stéréotype « Brésil, pays du carnaval ». Cependant, chaque année, il est omniprésent : de nombreux commerces ne sont fermés qu'après le mercredi des Cendres, les 543 « blocos » (groupes populaires les plus variés) envahissent les rues, les « feijoadas » avec la samba deviennent un événement couru et, oui, assister aux défilés sur l'avenue Marquês de Sapucaí (même que ce ne soit qu'à la télévision) est incontournable.

En parlant d'eux, la première école de samba a été créée à Rio de Janeiro, à la fin de la décennie de 1920. Elle s'appelait Deixa Falar, pour devenir ensuite l'Estácio de Sá. À partir de là, des centaines d'écoles ont surgi et animé le sambodrome carioca, créant une obsession : assister à tout dans une loge.

La plus légendaire, la loge de Brahma, exclusivement pour les rares et bons invités, est devenue la loge nº 1, qui ne fonctionne que les jours du groupe spécial (dimanche et lundi de Carnaval) et lors du défilé des championnes (le samedi suivant). Une invitation coûte au moins 2 200 BRL pour les femmes et 2 700 BRL pour les hommes et peut atteindre les 4 000 BRL. Cher ? Oui, cependant, les places sont toutes vendues à l'avance. En d'autres termes, si vous êtes intéressé, sachez que l'euro n'a jamais autant eu de valeur par ici et n'hésitez pas !

photo 3: RioTur . AF Rodrigues
Heureusement, il existe des divertissements moins salés et également animés, tels que les cris du carnaval qui imposent la folie gratuitement. Nouveauté, les 02 et 09 févriers, la chanteuse de Baia, Cláudia Leitte. Le 16, sa collègue, Preta Gil va attirer au moins un demi-million de personnes dans les rues avec son « Bloco da Preta » et le 22, ce sera le tour du très traditionnel Cordão da Bola Preta.
Si vous êtes déjà prêt à faire face à la voluptueuse (et exhaustive !!) expérience, profitez-en pour manger, entre deux « blocos », un classique pour reprendre des forces : la « feijoada ». Parmi les diverses options, celles réalisées dans les « quadras » de samba doivent être achetées à l'avance. Et moins que de se régaler avec la nourriture, l'idée est de danser la samba et de soutenir l'école de votre cœur. Cependant, préparez-vous car essayer d'obtenir une place pour la « feijuca da Mangueira », la championne de l'année dernière, ou celle de la « Tia Surica da Portela » peut être frustrant.
Dans ce cas, respirez profondément, car il existe d'autres possibilités bonnes et tranquilles, comme celle du Rubaiyat. Avec une vue sur les pistes du jockey club, la sophistiquée « casa das carnes » (maison de la viande) sert un buffet parfait (105 BRL), dans lequel, outre la délicieuse recette à base de haricots noirs, nous retrouvons le cochon de lait, provenant de son propre élevage, et plus de 20 sortes d'accompagnements, comme les farofas, les salades rafraîchissantes, la viande séchée effilochée avec de la citrouille, du chou et du manioc frit. Sans oublier les milk-shakes et la longue liste de desserts.

Photo: SelmyYassuda
Une autre façon de fêter le carnaval dans la ville merveilleuse est d'adhérer à l'une des fêtes privées. Elles sont nombreuses et de différents styles, toujours avec des gens costumés et de la musique toute la nuit. Le bal de l'orchestre impérial a lieu le 27 janvier, au Manouche, dans le jardin botanique, et y sont présents des DJ invités. Dans le centre, le bal de la Casa Momus a lieu le 15 avec la promesse d'une ronde de samba animée. Au Morro da Urca, le grand bal des masques 2020 aura lieu le dimanche 23 février.
Ah, et sans perdre le rythme, n'oubliez pas d'inclure quelques baignades et beaucoup d'eau de coco au programme - les plages, à cette époque, balancent, elles aussi, au son de la bonne samba et avec beaucoup de caipirinha. Et, bien évidemment, vivre cette expérience, à l'hôtel PortoBay Rio de Janeiro vaut également la peine !!
Aimer Répartir S'abonner