17 Avr 2019 1895
PortoBay Hotels & Resorts
#culture

500 ans d'histoire: PortoBay Flores

Il existe des hôtels et des HÔTELS QUI ONT UNE HISTOIRE. 
Idéalement situés. Avec un charme spécial qui nous transporte dans le passé. Avec des bâtiments et des traits architecturaux qui nous racontent leur propre histoire. Avec un héritage gravé dans leur « corps ». .. Le nouvel hôtel PortoBay Flores, la plus récente unité 5 étoiles du groupe PortoBay, il est le résultat de la récupération d'un palais emblématique du XVIe siècle . .. Situé en plein cœur du centre historique de la ville de Porto.

L'origine des maisons de la Rua das Flores

Ce petit palais est connu des habitants de la ville comme étant la « Casa dos Maias » (nom de la dernière famille qui y a habité) ou le « Palácio dos Ferrazes ». Les Ferrazes Bravo, résultat du mariage de la famille Ferraz à Manuel Bravo, qui appartenait également à la noblesse portugaise, ont été propriétaires de la maison jusqu'au XIXe siècle, époque à laquelle elle a été achetée par Domingos de Oliveira Maia. Elle a été construite au XVIe siècle par le noble Martim Ferraz, dans la 

Rua das Flores, où se trouvaient jusqu'alors les jardins potagers de l'évêque de Porto.
Cette rue allait être l'une des principales routes de la ville et le lieu de résidence choisi par la bourgeoisie urbaine de cette dernière, hébergeant un très joli ensemble de palais seigneuriaux de cette époque, dont il subsiste encore la trace de nos jours. Il s'agit d'un grand bâtiment dont les traits du XVIe siècle ont été complètement modifiés par les travaux du XVIIIe siècle. 

Belle façade historique

Sur la façade, il est possible d'observer les marques que sa longue histoire y a laissées. S'y distinguent les grandes portes en bois, les larges fenêtres surmontées de pignons triangulaires, les balcons en fer forgé et les maçonneries en pierre, où les blasons du XVIe siècle ont été incorporés et encadrent l'ouverture centrale.
Ces blasons sont composés d'armoiries qui peuvent être du XVIe siècle, bien qu'ils soient montés sur une structure ornementale composée de volutes et d'enroulements baroques, peut-être le résultat des interventions réalisées au XVIIIème siècle. 

Détails de l'époque

À l'intérieur, les anciennes écuries du palais ont désormais laissé leur place à l'entrée de l'hôtel.  Le projet de l'architecte Samuel Torres de Carvalho a aussi récupéré leurs principaux éléments. Parmi eux, se distinguent le sol et l'escalier imposant, où les dalles en granit originales continuent d'être présentes, 500 ans plus tard. D'autres éléments de l'époque sont également visibles à l'intérieur, comme de jolis azulejos, des fenêtres, des motifs décoratifs en pierre originale et un ancien four de cuisine qui se trouve au milieu du couloir qui relie le bâtiment du palais à la nouvelle aile de l'hôtel.

Le large escalier de l'entrée dispose de deux volées latérales et d'une centrale, où la rampe sert d'appui à six colonnes qui s'élèvent jusqu'aux salons supérieurs. C'est ici, dans les salons rénovés de la famille Maia, que nous trouvons le restaurant de l'hôtel, ainsi qu'une salle de réunions avec lumière naturelle, l'un et l'autre avec vue sur la Rua das Flores.

Un des secrets de la ville . ..

À l'arrière du palais se trouve une grande cour pavée de dalles de granit, résultat des transformations du XIXe siècle, dans laquelle aurait existé une fontaine baroque. La cour abrite également un autre des nombreux secrets de Porto, une petite chapelle baroque datée, semble-t-il, de l'époque des travaux de rénovation de l'immeuble, certainement au milieu du XVIIIe siècle, et dont l'auteur serait l'artiste italien Nicolau Nasoni, qui est devenu une sorte de Michel-Ange de la ville de Porto, où il a réalisé d'innombrables travaux, parmi lesquels l'église de la Misericórdia voisine et l'emblématique Tour des Clercs (Torre dos Clérigos).

Le défi de l'architecte

Le projet de l'hôtel, dirigé par l'architecte Samuel Torres de Carvalho, a eu comme postulat la préservation et l'intégration des éléments qui caractérisent le palais original, afin de garantir son identité.

Le lot comprenait deux bâtiments aux caractères architecturaux distincts, situés à des extrémités opposées et présentant une différence de hauteur importante. Au sud, le palais des Ferraz Rua das Flores et au nord, Rua da Vitória, une construction du milieu du XXe siècle. Le défi du projet était de créer une unité hôtelière moderne, en établissant des liens entre les diverses différences, architecturales, temporelles et topographiques, pour définir un lieu unique. 
Pour exécuter le projet de l'hôtel, avec 66 chambres, un spa, une salle de sport, un restaurant et un espace pour les réunions, la démolition de l'édifice existant Rua da Vitória a permis de construire un nouveau bâtiment de neuf étages qui, en raison de sa dimension et de sa visibilité des rues et autres points de la ville, devait établir nécessairement un dialogue avec le milieu environnant.  Le défi supplémentaire de la différence entre les dimensions et les édifices est résolu grâce à une cour avec jardins entre les deux bâtiments, créant un espace commun. L'utilisation de la pierre comme matériau joue un rôle décisif dans le dialogue entre les édifices et le milieu environnant car leur récupération a créé un fil conducteur qui permet de relier les différentes interventions et les espaces, renforçant ainsi l'ensemble de leur image.
Aimer Répartir S'abonner